Site Loader

L’Égypte pharaonique

(Égypte ancienne) n’est pas l’Égypte d’aujourd’hui.  Ses  habitants  n’étaient  pas ceux qu’on y trouve aujourd’hui pour la grande partie. La civilisation égyptienne prend   forme   sensiblement   dès   3150 avant Jésus-Christ et elle connaît son déclin  à  l’an  30  avant  Jésus  Christ. Comme le disent certains penseurs, à l’instar de Cheikh Anta Diop, les populations qui occupaient cet antique territoire étaient des Nègres. Quant à l’écologie, nous l’entendons comme la science qui étudie les milieux où vivent et se reproduisent les êtres vivants, ainsi que les rap- ports entre ces êtres  avec le milieu. Parler de l’éthique écologique dans l’Égypte pharaonique, sera faire une balade épistémologique dans l’Égypte antique afin de comprendre la vie sur cette terre quasi aride aujourd’hui pour nous, de contemporains d’un temps écologique et climatique critique. Aussi, tenterons-nous une brève présentation du milieu géographique comme  première aile de notre analyse ; puis nous tenterons  d’expliquer ce qui fonde la conscience écologique de ce peuple mythique et tant admiré comme seconde aile.

Disons brièvement que la civilisation égyptienne s’est civilisation égyptienne s’est construite sur les bras du Nil Ce  puissant fleuve long de 5584Km arrosait les principales cités et inondait leurs plaines favorisant ainsi l’agriculture que la culture et l’essor social et religieux. Comme le souligne un auteur anonyme: « Le succès de la civilisation égyptienne antique découle  en partie de sa capacité à s’adapter aux conditions de la Vallée du Nil. L’inondation prévisible du fleuve et le contrôle de l’irrigation de la vallée produit des récoltes excédentaires  qui  alimentent  le  développement  social  et  culturel  du pays ».

Hormis le désir de conserver les bienfaits du Nil, la Maât fondait aussi l’éthique écologique de nos ancêtres les anciens Égyptiens. La Maât, justice et vérité, ordre et équité […] est le fondement de la civilisation égyptienne. Elle est présente dans la sphère religieuse, cosmique, poli- tique, sociale et même personnelle. En d’autres termes, la Maât, non seulement déesse mais aussi ensemble des règles et lois de l’Égypte, était omniprésente dans la quotidienneté de l’Égyptien lambda. Son respect et son application étaient impératifs. Car « elle assure l’équilibre cosmique et c’est donc grâce à elle que le monde fonctionne de façon harmonieuse ».

 

La Maât, concept d’ordre juste du monde, d’équilibre, est au cœur de la compréhension de la civilisation pharaonique toute entière, et elle est le fondement de sa longévité. Cela peut être une inspiration pour les générations actuelles qui sont ainsi conviées   à   retourner   aux   techniques   simples comme le respect de l’homme, l’attention à l’alter ego et l’invitation à la mesure, à l’ordre en vue de protéger l’environnement. Brève excursion intellectuelle dans l’Égypte antique, mais qui prouve bien que l’Africain contemporain peut être un fervent défenseur de la cause écologique s’il effectue un sincère et judicieux retour à sa tradition ancestrale.

 

Fr. Emmanuel Noël LONGANG, sac  Philo III

 

 

Post Author: mukasa

2 Replies to “DE L’ÉTHIQUE ÉCOLOGIQUE DANS L ÉGYPTE PHARAONIQUE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *